Élections Présidentielles 2022

Quid de l'écologie ?




.
Bilan(s) et perspectives
...
.
Bilan(s) et perspectives
..
Climat : quels investissements pour le prochain quinquennat ?
...
Pour appeler l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle à se prononcer sur la programmation dans la durée les investissements qu’ils feront pour le climat s'ils sont élus, l'Iddri, I4CE, l’Institut Jacques Delors et l’OFCE ont organisé le 14 décembre une conférence. D’autres think tanks - l’Institut Montaigne, la Fondapol, Terra Nova et l’Institut Rousseau - étaient présents pour échanger sur ces grands choix de société et les programmations d’investissements qui permettent de passer des mots aux actes.

Il nous reste moins de trente ans pour atteindre la neutralité carbone et nous adapter aux conséquences du changement climatique : deux chantiers massifs et complexes, tout juste esquissés à ce jour... et pourtant quasiment absents du débat politique en cette période de pré-campagne présidentielle, au-delà de quelques slogans ou partis pris technologiques. Si le plan France 2030, dévoilé en octobre, clarifie les investissements que l’État fera sur la décennie pour aider l’industrie à se décarboner, il est loin d’épuiser la question de la transition et de son financement.
(iddri.org, 14 décembre) +>>

Dans ce Policy Brief, nous recensons les éléments structurants pour lesquels nous attendons des propositions concrètes de chaque candidat et de chaque famille politique. Sur le climat, tout projet politique peut être proposé aux Français, mais chaque projet politique doit être concrétisé dans une programmation pluriannuelle des investissements publics. Car si l’investissement ne fait pas tout, il est le point nodal d’expression des choix politiques et permet de mieux juger, au-delà des discours, du contenu réel des propositions.
L’adoption d’une programmation pluriannuelle des investissements publics pour le climat jusqu’en 2030 peut donner à la France les moyens de son ambition climatique, envoyer un signal fort aux citoyens, entreprises, et montrer l’exemple à ses partenaires européens et internationaux.
Alors que de nombreux pays représentant plus de 80 % de l’économie mondiale se sont engagés à atteindre la neutralité climatique, la France, et plus généralement l’Union européenne, ont une occasion unique de se positionner en leader sur la question de l’investissement vert et de la décarbonation de l’économie. Pour cela, des décisions structurantes devront être prises dès 2022, sous peine de connaître un décrochage durable et de sortir de la trajectoire que nous nous sommes collectivement fixée.
Nous invitons l’ensemble des candidats et leurs équipes à se saisir de ces travaux, de manière à concevoir un projet de programmation pluriannuelle des investissements publics pour le climat qui reflète leurs priorités politiques. Nous invitons également la société civile et les citoyens à s’en saisir afin de comparer le contenu des propositions des candidats aux élections.
(iddri.org, décembre) +>>

Conférence Climat :
quels investissements
pour le prochain quinquennat ?
Regards croisés
des think tanks


(vidéo, 2:18:56)

Rapport Climat :
quels investissements
pour le prochain quinquennat ?


Pour une programmation pluriannuelle
des investissements publics
Iddri - I4CE - OFCE

Institut Jacques Delors

Atelier Co-Écologique Les enjeux écologiques des prochaines échéances électorales :
comment améliorer leur prise en compte ?

À l’occasion de la publication de son dossier Les enjeux écologiques des prochaines échéances électorales : comment améliorer leur prise en compte ? comportant
une vingtaine de fiches thématiques, La Fabrique Écologique a organisé
son 47e Atelier Co-Écologique le 9 décembre 2021,
en présence de quelques contributeurs au dossier.

Dans un premier temps, il a été rappelé que ce dossier est né du constat de la vacuité du débat sur l’écologie dans l’espace public, une vacuité à la fois quantitative et qualitative, se résumant le plus souvent à la chasse et au mix électrique. Paradoxalement, on s’aperçoit d’une intensité croissante des questions écologiques dans le débat public ainsi que d’une suractivité législative sur ces enjeux. Ce paradoxe souligne l’enjeu de ce qui a été appelé la démocratie technique : comment faire le lien entre des citoyens et des techniciens avec un langage accessible à tous.
Le débat a notamment porté sur deux aspects : le mix électrique et le modèle économique à adopter. Autour de ces deux thématiques, la question de la sobriété a cristallisé les débats. D’une part la sobriété, aussi bien en termes de consommation énergétique que de modèle économique, est pensée comme une nécessité face une surconsommation toujours plus forcenée, et d’autre part celle-ci a été présentée comme l’apanage des plus aisés, accroissant les inégalités en faisant appel à une morale qui ne peut être la même selon les classes sociales.
(lafabriqueecologique.fr, 9 décembre) +>>

Dossier
Élections présidentielles
et législatives 2022


Les enjeux écologiques
des prochaines échéances électorales

La Fabrique Ecologique

Une présidence sous influence des lobbys anti-écologie

Emmanuel Macron, qui promettait en 2017 de Make our planet great again, achève un quinquennat anti-écologique. Il est devenu le Président des Destructeurs et le serviteur docile des lobbys, balayant du revers de la main l’urgence pour le climat et le vivant
en traitant l'écologie de
modèle Amish.

Sans faire un inventaire exhaustif - la liste serait trop longue -, relevons entre autres :

  • la réautorisation du poison des néonicotinoïdes
  • le non-respect de l’Accord de Paris
  • le fiasco de la loi climat
  • la promesse trahie concernant l’interdiction du glyphosate
  • la suppression des aides au maintien de l’agriculture biologique
  • une réforme de la PAC à la main de l’agriculture industrielle et chimique
  • le renoncement sur les économies d’énergie et l’isolation des logements
  • le démantèlement du droit de l’environnement
  • le chlordécone
  • des milliards et des milliards déversés sans contrepartie écologique
  • le soutien actif de la France à l’exploitation des énergies fossiles dans le monde
  • l’entrée en vigueur, sans ratification du parlement, du CETA
  • le tapis rouge déroulé à Amazon
  • le renoncement à toute mesure concernant l’élevage industriel
  • la capitulation en matière de pratiques de chasse cruelles
  • la condamnation del'UE pour l’absence de mesures contre la pollution de l’air
  • la suppression massive de postes au ministère de l’écologie
  • l’autorisation de la 5G sans tenir aucun compte de l’impact carbone
  • l’autorisation de l’abattage des alignements d’arbres
  • la politique du fait accompli pour lancer la construction d’un parc nucléaire.

La rupture avec la jeunesse mobilisée pour le climat et l’écologie est donc consommée. Le Président a eu pour seule boussole l'obsession pour la croissance du PIB, même en pleine pandémie de Covid-19 qui, en mettant entre parenthèse le Pacte de stabilité européen, ouvrait des marges de manoeuvres budgétaires qui était une opportunité historique. L’écologie de production que revendique Emmanuel Macron est un oxymore qui signifie encore et toujours le productivisme d’abord.
Une autre voie est possible, celle de l’écologie pour vivre mieux en respectant le climat et le vivant.

(generationecologie.fr, 15 décembre) +>>

Une présidence
sous influence
des lobbys anti-écologie


Génération Écologie


Je suis porte-parole
pour faire respecter
la parole des écologistes
dans cette campagne
Delphine Batho,
le 7 décembre +>>


(vidéo, 10:13)

25 milliards d’euros d’argent public qui détruisent la planète…

Le Réseau Action Climat publie les chiffres des dépenses publiques néfastes au climat et à l’environnement pour l’année 2022, qui atteignent au moins 25 milliards d’euros sans même prendre en compte ni les milliards d’euros accordés aux entreprises sans aucune conditionnalité climatique, ni les garanties de l’État notamment pour des projets d’hydrocarbures à l’étranger.

Le nouveau rapport du GIEC et les catastrophes climatiques l’ont rappelé cet été : nous n’avons plus le luxe d’attendre. Il ne reste plus de matelas de sécurité ; il faut agir vite et d’une manière ambitieuse. Pour cela, une mesure incontournable pour respecter nos objectifs climatiques est la suppression de ces dépenses publiques néfastes. Et donc la publication d’un plan d’action national de réduction et sortie des dépenses ayant un impact néfaste sur le climat et la biodiversité avec des échéances de temps claires.

Un bilan tiède du quinquennat

Certes, certains dossiers ont avancé depuis le début du quinquennat Macron
mais nous sommes encore bien loin de la suppression totale
des subventions climaticides.

  • le rattrapage du niveau de taxation entre le gazole et l’essence arrêté ;
  • la subvention du gazole non routier disparaîtra seulement début 2023 ;
  • suppression des avantages fiscaux sur le gazole pour les poids lourds : quand ? ;
  • taxation du kérosène : éco-contribution sur les billets d’avion entre 1,5€ et 18€ ;
  • fin des garanties publiques pour les énergies fossiles : échéancier bien lointain.

Les demandes du Réseau Action Climat

La suppression de ces dépenses néfastes au climat et à l’environnement devra représenter le fil rouge du quinquennat à venir.
Nous demandons un arrêt en 2025, permettant d’honorer l’engagement de la France auprès du G7 de mettre fin aux subventions aux énergies fossiles.
Pour chacune des dépenses, il faudra mettre les acteurs concernés autour de la table pour identifier les impacts économiques de la suppression d’une subvention ou d’une niche fiscale, et des dispositifs d’accompagnement et des solutions pour atténuer les effets négatifs.
(reseauactionclimat.org, 21 octobre) +>>

25 milliards d’euros
d’argent public qui
détruisent la planète…


2022 : Panorama
des dépenses néfastes
pour le climat et
l'environnement

Réseau Action Climat

90 propositions pour
le pouvoir de vivre


Pacte du Pouvoir de Vivre

Recevoir les lettres
Atmosphère(s)
& Terre-Mer

Recevoir La Lettre
Stratégie des Acteurs


Présentation / Abonnement

L'élection
du président de la République
se déroulera :

le dimanche 10 avril 2022
pour le premier tour ;
le dimanche 24 avril 2022
pour le second tour

Présidentielles 2022 :
Parti de campagne

Europe Écologie Les Verts
Jadot 2022

Yanick Jadot :
Pourquoi je suis candidat
Découvrir Yanick Jadot +>>

Soutenez l’interdiction
de la chasse les week-ends
et pendant les vacances
Protégeons nos temps-libres
de la chasse.
+>>

Levons les brevets des vaccins contre la Covid_19 +>>

Où va la France ?
Pas vers le respect de ses engagements climatiques !


Marine Tondelier,
porte-parole de Yannick Jadot

Petit guide de survie
pour les fêtes (et après !)


Yannick Jadot 2022

Socle programmatique
des écologistes pour 2022

Vivant


Liberté, Égalité, Fraternité, Biodiversité
Projet pour une république écologique

Focus

Renouvelables
L’énergie d’un nouvel élan
pour la France


Le Livre blanc du Syndicat
des énergies renouvelables
Acte 1 : la vision

Image de fond d'écran :
Copyright : Vincent Callebaut Architectures - www.vincent.callebaut.org