...
Ouvrage Les bois de Boulogne et de Vincennes :
1840 hectares de nature à revisiter

Le bois de Boulogne : Accessibilité et mobilités
.
(2)
L’accessibilité à vélo aujourd’hui et demain


Les bois de Boulogne et de Vincennes sont deux espaces de respiration uniques, situés au cœur du Grand Paris. Représentant à eux deux près du quart de la surface du Paris urbanisé, les deux bois occupent un espace équivalent aux huit premiers arrondissements. Ils sont fréquentés
par des habitués mais sont encore méconnus par beaucoup d’habitants. Une grande diversité d’usages existe : pour certains, ils représentent des axes de circulation rapide, pour d’autres le plaisir du footing dans les allées, de la promenade et pique-nique sous les arbres, du canotage sur les plans d’eau… Les Charte du bois de Vincennes et de Boulogne, signées en 2003, ont constitué un cadre précieux, en définissant quatre axes majeurs pour structurer un projet ambitieux d’aménagement durable des bois : réhabiliter les paysages et restaurer les milieux naturels ; réduire fortement la circulation automobile pour une promenade tranquille ; reconquérir l’espace public des bois, et gérer
les activités dans la cohérence et la transparence ; et enfin innover dans les modes de gestion et de gouvernance.

L’accessibilité à vélo aujourd’hui et demain
Typologie des voies et des promenades dans le bois

Bilan des aménagements cyclables réalisés

L’enquête réalisée en 2019 montre une augmentation de l’usage du vélo. Ils étaient seulement 8 % à utiliser le vélo comme mode d’accès au bois en 2002 quand ils sont aujourd’hui 14 % de visiteurs à utiliser le vélo pour se rendre au bois de Boulogne, soit une augmentation de plus de 70 %.
L’objectif de développer les itinéraires cyclables a été poursuivi dans le bois de Boulogne avec la création de voies vertes partagées par les piétons et les vélos, sur les accotements des voies circulées. Ces emprises d’environ 2,50 m de large, réalisées en enrobé clair à liant translucide facilitent le déplacement des cyclistes et l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Leur réalisation implique une compensation équivalente dans le bois des surfaces imperméabilisées. Toutefois, du fait de vitesses peu compatibles avec les piétons, les voies vertes restent moins attractives pour les déplacements à vélo domicile-travail ou le cyclisme sportif, par crainte de conflits d’usage avec les promeneurs, notamment en cas de fortes fréquentations.

Autour du bois, le réseau cyclable intercommunal reste relativement discontinu. Par ailleurs, dix stations Vélib’ sont situées sur les pourtours et les portes du bois, à l’exception des deux stations de la pelouse de la Muette et de la Fondation Louis Vuitton, situées à l’intérieur du bois.

Une pratique du vélo loisirs de plus en plus développée dans le bois © Apur


Jeunes cyclistes, chemin de Ceinture
du Lac Inférieur
© Apur


Un usage du vélo soutenu par le développement des stations Vélib’ © Apur

Les aménagements réalisés
récemment
:

• L’allée de Longchamp
• L’avenue de l’Hippodrome
• La route des Lacs à Passy
• La requalification de la passerelle de l’Avre
• La fermeture à la circulation de la Route de ...Suresnes et d’une partie des chemins de
...Ceinture des Lacs.
Les propositions et pistes de réflexion

Aménager un réseau de pistes cyclables au coeur du bois

Dans le cadre du Plan Vélo 2015-2020, la Ville de Paris a poursuivi le développement du réseau cyclable pour les déplacements quotidiens et le vélo loisirs dans les bois, au travers de l’étude de nouveaux aménagements confiés à une mission de maîtrise d’oeuvre à l’été 2019.
Trois projets d’aménagement sont à l’étude, autour de différents scénarios dont certains prévoient la suppression d’une file de stationnement :

  • un itinéraire nord-sud le long de la route de la Muette à Neuilly ;
  • un aménagement cyclable route d’Auteuil aux Lacs qui pourrait porter une requalification paysagère de l’accotement côté Périphérique ;
  • une séquence de l’allée de la Reine Marguerite ;
  • et enfin, le débouché de la passerelle de l’Avre sur l’allée du Bord de l’Eau, suite à sa rénovation, afin de renforcer cette liaison est-ouest empruntée par les piétons et les vélos.

Renforcer l'accessiblité à vélo et les itinéraires cyclables

Les propositions de fermeture de voies viennent enrichir le réseau de voies dédiées aux piétons et aux vélos, en particulier les chemins de Ceinture du lac Inférieur et l’allée des Fortifications. La proposition de fermer les bretelles d’accès et de sortie au Périphérique sur la route des Lacs à Passy permettrait de réduire le trafic routier et les effets de coupure.
À l’ouest du bois, deux grands itinéraires cyclables nord-sud sont proposés le long de l’allée du Bord de l’Eau au caractère très routier, et sur l’allée de la Reine Marguerite. Différents points durs ou carrefours routiers ont été identifiés, dont certains sont déjà à l’étude dans le cadre du Plan Vélo - Route de la Muette à Neuilly, débouché de la Passerelle de l’Avre -, et d’autres qui restent à requalifier : allée de Longchamp, avenue de l’Hippodrome.

Développer des stations et des services vélos

Trois nouvelles stations de vélos en libre-service Vélib’ vont être déployées dans le bois : carrefour des Cascades, Grande Cascade et route de Suresnes. Cette offre pourrait encore être renforcée, comme au parc de Bagatelle ou à l’extrémité sud du lac Supérieur.
Quelques arceaux pour le stationnement vélo ont été aménagés dans le bois, essentiellement au niveau de la Fondation Louis Vuitton, de la plaine de jeux et du parc de Bagatelle. Mais leur nombre reste insuffisant, notamment au niveau des concessions, des jardins ou des lieux les plus attractifs.
Les cyclistes se rendant au bois pour se promener, rejoindre des amis, faire du sport… recherchent bien souvent un arbre ou arbuste suffisamment robuste pour accrocher un vélo, avec le risque d’endommager la plantation ou de vol.
Des arceaux vélo, au design adapté au bois, pourraient être systématiquement installés aux entrées des concessions et des jardins, aux entrées du bois ainsi que sur les points stratégiques : les grands carrefours et hauts lieux comme les abords des lacs.
La proposition de développer des stations de micro-mobilités aux principales entrées du bois et stations de transport en commun répond aux besoins de proposer des services de location simples d’accès aux visiteurs, à l’instar du dispositif Bike Rental NYC existant à Central Park. Ces points vélo pourraient former un volet programmatique innovant pour les appels à projet sur les bâtiments sous-occupés du bois et pour le renouvellement des concessions.

Aménager et jalonner des itinéraires intercommunaux

En accord avec les objectifs de la Ville de Paris, des Départements, de la Métropole du Grand Paris et de la Région, des grandes continuités intercommunales cyclables devraient progressivement se mettre en place, plus particulièrement le long des voies départementales et des ex-routes nationales. Autour du bois, des projets de pistes cyclables sont déjà engagés, en particulier les projets de boucles cyclables olympiques sur les boulevards des Maréchaux et l’itinéraire interdépartemental de l’avenue de la Grande Armée - avenue Charles de Gaulle.
Vers Paris, des itinéraires mériteraient d’être améliorés sur l’avenue Foch et le boulevard Exelmans, mais aussi l’avenue Georges Mandel vers le Trocadéro, et la rue d’Auteuil vers la Seine.
Vers les communes riveraines et les gares RER à proximité, des continuités pourraient être étudiées avec les collectivités le long du pont de Suresnes et du pont de Puteaux, sur le boulevard du Commandant Charcot et depuis le carrefour des Anciens Combattants. Enfin, une grande promenade régionale le long des quais des Seine mériterait d’être aménagée dans la continuité de l’allée du Bord de l’Eau, en lien avec le projet de Véloroute.
Des requalifications restent à réaliser aux grandes entrées du bois, identifiées comme des coupures pour les parcours vélos : les portes Dauphine, de la Muette et d’Auteuil, mais aussi des carrefours comme le carrefour des Anciens Combattants et le franchissement de la Seine par le pont de Suresnes.


Les arceaux vélo, un mobilier à développer et à intégrer au paysage du bois © Apur


Station Vélib’, chemin de Ceinture du Lac Inférieur © Apur – Vincent Nouailhat

Projet de piste cyclable route d’Auteuil aux Lacs à hauteur du Bd périphérique © Apur

Projet de piste cyclable route d’Auteuil aux Lacs à hauteur du Bd périphérique © Apur

Projet de continuité cyclable et piétonne, route de la Seine de la Butte Mortemart
© Apur – Vincent Nouailhat

L’anneau cyclable, un lieu de pratique sportive à valoriser © Apur
Zoom sur… La rénovation de la passerelle de l’Avre

Un franchissement de Seine essentiel pour les piétons et les cyclistes © Apur – Vincent Nouailhat

La passerelle de l’Avre constitue un ouvrage d’art remarquable surplombant la Seine, un franchissement piéton important situé à mi-distance entre le pont de Suresnes et le pont de Saint-Cloud, éloignés de 3 km l’un de l’autre. Cet ouvrage patrimonial, mis en service en 1893 et conçu par Gustave Eiffel, forme l’un des cinq ouvrages d’alimentation en eau potable de Paris, ainsi qu’une porte d’entrée importante du bois de Boulogne.
Après une fermeture d’un an à la suite de fuites importantes, la passerelle de l’Avre et la conduite d’eau ont été rénovées par Eau de Paris, pour être remises en service en septembre 2018. La conduite Bonaparte joue en effet un rôle crucial dans l’approvisionnement de l’ouest parisien, acheminant l’eau potable depuis le réservoir de Saint-Cloud. Le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine et la Ville de Paris ont profité de cette opération pour rénover l’éclairage public et les accès de la passerelle.
La passerelle s’accompagne par ailleurs d’une rampe d’accès de 50 mètres de long, construite en 1986 par la Ville de Paris, dans le cadre de l’aménagement d’un itinéraire cyclable entre la forêt domaniale de Fausses Reposes et le bois de Boulogne. Cet ouvrage en bois, qui permet aux cyclistes et aux personnes à mobilité réduite d’y accéder, a été rénové en 2012 afin de remplacer des fondations, l’intégralité du platelage, et des garde-corps.
La rénovation de la passerelle de l’Avre s’inscrit dans le cadre d’un aménagement territorial plus global porté par la Ville de Paris et le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine :

  • un projet de continuité piétonne est-ouest dans le bois de Boulogne, par la reconquête paysagère de la route de la Seine à la Butte Mortemart, depuis la Seine jusqu’à l’hippodrome d’Auteuil : le projet permettrait la renaturation de la voie en partie fermée à la circulation longeant l’hippodrome de Longchamp, en sécurisant les traversées et en réduisant les surfaces asphaltées : 2 000 m² de potentiel de végétalisation et de désimperméabilisation des sols. Ce projet de promenade d’environ 2,3 km permettrait de lier des aménagements récents ou à venir, comme le jardin des pelouses d’Auteuil, la promenade des étangs de la plaine de Longchamp, et les berges de Seine.
  • le projet d’aménagement cyclable du carrefour de l’allée du Bord de l’Eau : le projet vise à sécuriser la traversée de cet axe très circulé, qui forme un véritable point noir routier, et à assurer la continuité cyclable entre la route de la Seine à la Butte Mortemart et la passerelle de l’Avre.
  • la requalification de la RD7 longeant les berges de Seine, menée par le CD 92, entre le parc du Château à Suresnes et la place Georges-Clemenceau à Saint-Cloud : création d’une piste cyclable, d’une promenade piétonne paysagère ouverte sur le fleuve et mise en valeur du patrimoine.

La passerelle de l’Avre au niveau de Saint-Cloud © Guillaume Bontemps - Ville de Paris

Rénovation de la passerelle de l’Avre

Projet initié en 2012... Rénovation en 2012 de la rampe d’accès en bois vélos et PMR
Rénovation en 2018 de l’ouvrage d’art de Gustave Eiffel, et de la conduite Bonaparte,
...alimentant en eau potable l’ouest parisien (490 000 habitants)

Projet s’inscrivant dans un cadre plus large de continuités est-ouest, avec le projet de
...promenade de la route de la Seine à la Butte Mortemart, et le projet d’aménagement cyclable
...de la traversée de l’allée du Bord de l’Eau
...
.....
......
.
Ouvrage Les bois de Boulogne et de Vincennes : 1840 hectares de nature à revisiter

.................
Atelier parisien d’urbanisme

.........
 


Les deux bois restent encore des espaces fragmentés, à la fois par les infrastructures routières et par les concessions qui les morcellent. L’enjeu est d’atteindre un juste équilibre entre les différents usages, les activités économiques, la préservation et la valorisation du patrimoine paysager et bâti et le développement de la biodiversité.
L'ouvrage présente, 17 ans après les Chartes des bois, un diagnostic mettant en avant, dans une vision holistique, les actions réalisées, et esquisse des pistes d’évolutions. Aujourd’hui, à la fois l’urgence climatique, les nouvelles attentes des citadins, et l’exigence patrimoniale nous invitent à engager une nouvelle étape de développement des deux bois. Ce diagnostic prospectif peut constituer un socle commun pour nourrir les échanges et choix à venir par la Ville de Paris et les collectivités riveraines.

 
....

Bois de Vincennes © Apur

.....
© Atelier parisien d’urbanisme, Paris 2020

Directrice de la publication : Dominique ALBA, directrice générale de l’Apur
Directrice de la rédaction
: Patricia PELLOUX, directrice adjointe - Rédacteurs en chef : Patricia PELLOUX et Frédéric BERTRAND
Étude réalisée par : Frédéric BERTRAND, Florence HANAPPE, Vincent NOUAILHAT, Yann-Fanch VAULÉON
Avec le concours de : Anne-Marie VILLOT
Cartographie et traitement statistique : Marie-Thérèse BESSE, Christine DELAHAYE, Tristan LAITHIER, Nathan PAULOT
Photographies et illustrations : Apur sauf mention contraire

Dépôt légal : mai 2020 - ISBN : 978-2-36089-017-0 - ISSN : 1773-7974

apur.org