....
.
Livre blanc
Nouvelle ceinture verte et transformations du Boulevard périphérique
Cahier 1 : Corpus commun stratégique

(2) Volet 1 : 3 grandes orientations : + de liens, + de nature, + de proximités
1. Plus de liens : Transformer les portes en places, en lien avec la requalification des grandes radiales

....


Le 13 mai 2019, le rapport émis par la
Mission d’Information et d’Évaluation du Conseil de Paris sur le devenir du Périphérique a été
présenté et adopté au Conseil de Paris. Ce rapport avait préconisé un certain nombre d’actions : notamment de protéger les riverains
contre les pollutions, et amorcer la mutation du BP, en réduisant le trafic de l’infrastructure et en aménageant ses abords ; de développer
de nouveaux usages, en aménageant les espaces reconquis par la réduction du trafic. L’
Atelier du Boulevard périphérique, une instance
de dialogue partagée avec les collectivités et les parties prenantes, a mené une réflexion qui a
permis d’étendre l'approche sur les enjeux
des évolutions à un territoire élargi à 500 mètres de part et d’autre du Boulevard périphérique : le territoire de la nouvelle ceinture verte.

Plus de liens, plus de nature, plus de proximités

Plus de liens, plus de nature, plus de proximités sont les trois leviers retenus pour développer la nouvelle ceinture verte au service de l’amélioration de la qualité de vie des habitants, de la qualité de l'air et du bruit, et de la rénovation des quartiers dont un grand nombre
sont inscrits dans la géographie prioritaire des villes.

 
Les orientations définies lors des Ateliers du Périphérique visent ainsi
à amplifier les qualités de ce territoire, maintenir la diversité des secteurs et renforcer l’identité de la ceinture verte métropolitaine, sur un ruban d’un kilomètre d’épaisseur, dans Paris
et les communes riveraines.
© C. Jacquet - Mairie de Paris / DU
Aménagement de la porte de Montreuil, Paris XXe © C. Jacquet - Mairie de Paris / DU

 

..
Trois principes communs émergent des projets engagés et peuvent se décliner sur l’ensemble de la ceinture.

Plus de liens

La transformation des portes en place :

  • Les portes majeures du BP font l’objet d’un traitement urbain, paysager, et d'amélioration des franchissements. Ce sont des projets déjà très largement engagés, articulés avec la transformation des voies radiales riveraines.
  • d’autres portes, de dimension plus locale ou connectées à des grands cheminements paysagers, font également l'objet de transformations avec plus de nature, facilitant les traversées piétonnes et cyclables.
L’intégration des nouvelles liaisons des transports en commun et les réseaux vélopolitains :
  • les liens se renforcent par l’émergence de nouveaux transports en commun : tramway, prolongement de métro et lignes de bus ;
  • ils s'intensifient également par des continuités cyclables consolidées à travers la réalisation du réseau vélopolitain ;
  • l’évolution des mobilités, c’est aussi la volonté d'avoir un héritage des voies olympiques, au-delà des jeux olympiques et paralympiques (JOP) pour l’été 2024. La Ville de Paris, l’État, la Délégation générale JOP, le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024 et les collectivités réfléchissent ensemble à l’héritage sur ces voies.

L’embellissement des passages en sous-faces :

  • pour que le lien qui unit Paris aux communes riveraines soit vécu, il est
    également nécessaire d’embellir les passages existants. L’embellissement des sous-faces du BP est un sujet essentiel dans la transformation de la perception du BP par les piétons, dans les passages actuels ou à venir.

La création de nouveaux franchissements :

  • c’est aussi l'ambition de transformer l’ensemble du Boulevard périphérique en boulevard urbain. À ce titre, une attention particulière sera portée sur les secteurs où le Boulevard périphérique est à niveau.

Plus de nature

L’amplification du corridor boisé du Boulevard périphérique :

  • à partir des talus du boulevard ;
  • en étudiant la possibilité de plantation du terre-plein central ;
  • en faisant évoluer les voies latérales au Boulevard périphérique avec,
    là aussi, plus de plantations.

L’articulation avec les continuités paysagères radiales connectées au Boulevard périphérique :

  • les grandes voies radiales doivent également être support de végétation ;
  • les grandes continuités paysagères existantes - les canaux, la Seine - peuvent être renforcées et celles en projet - comme la Bièvre ou le Parc des Hauteurs - intégrées à la réflexion.

L’intensification des plantations dans les grandes parcelles :

  • amplifier la végétation dans les coeurs d’îlot, notamment en lien avec les
    grands propriétaires fonciers.

La porte Pouchet et le jardin Hans et Sophie Scholl, corridor de verdure effaçant la frontière formée par le Boulevard périphérique depuis les années 1970, Paris XVIIe © Apur

Plus de proximités / La ville du ¼ d'heure

Activer les rez-de-chaussée :

  • dans les tissus existants, et dans les projets de renouvellement urbain, l’idée est d’animer ces socles de façon à rendre lisibles ces proximités territoriales ;
  • dans les programmes neufs, réserver des espaces et soutenir l'installation de services de proximité.

Mieux insérer les services urbains :

  • le territoire de la ceinture verte est historiquement un territoire qui accueille de nombreux services - pôles multimodaux, logistique urbaine, stations-service, services techniques - qu’il s’agit aujourd’hui de préserver, et parfois de faire évoluer en lien avec les transformations en cours.

Développer l’offre en équipement :

  • avec des actions sur l’espace public, de nouvelles programmations, la mise en commun d'équipements existants et de nouveaux équipements favorisant l’appropriation ;
  • et des opérations plus ponctuelles mais très importantes comme la création des rues-jardins ou la création de rues-écoles, en lien avec les cours oasis et les jardins existants.

Faciliter l’urbanisme temporaire :

  • l’urbanisme transitoire permet une progressivité des actions et une appropriation des lieux par les citoyens dans le cadre des opérations d’aménagement qui peuvent se développer sur des longues périodes ;
  • il permet également, de façon ponctuelle, des événements sur les infrastructures qui amorcent leur évolution.

La porte de la Villette, en chantier, Paris XIXe, Aubervilliers, Pantin
© ph.guignard@air-images.net

Ces différentes actions conduites à l’échelle de la nouvelle ceinture verte construisent la transformation progressive proposée dans le Livre blanc.

 

Plus de liens : Transformer les portes en places, en lien avec la requalification des grandes radiales

Les places métropolitaines

La transformation des portes en places s’inscrit dans le temps long de l’évolution de la ville, et témoigne de l’évolution de nos regards sur les infrastructures. À partir des années 2000, les couvertures de la porte de Vanves et de la porte des Lilas ont permis une requalification urbaine et paysagère de ces lieux de jonction entre Paris et les communes riveraines. Mais la couverture
de l’infrastructure n’est pas une solution qui peut être systématisée à l’ensemble des portes. L’aménagement de la porte de Pouchet a ainsi tout récemment permis la transformation de la porte en place dans une séquence du Périphérique en viaduc. La réalité topographique du BP, les enjeux de réduction des zones de concentration d’émission de polluant, et l’économie des projets entraînent des approches différentes pour la création des places aux abords du Boulevard périphérique.

Requalification de la porte Brancion, Paris XVe © Hardel Le Bihan architectes - Photographe © Virgin Lemon

On observe à travers les 22 portes déjà livrées ou en transformation une diversité des approches.
Les portes de Clichy et de Pantin ont renforcé leur rôle métropolitain à travers la création d’équipements d’envergure : Tribunal de Grande Instance et Philharmonie de Paris. La porte Pouchet, livrée en 2021, témoigne d’un rapport assumé à l’infrastructure du BP, avec la création d’un parc programmé de part et d’autre du viaduc.

Les allées de Neuilly, la nouvelle avenue Charles de Gaulle entre la Porte Maillot
et La Défense, en chantier, Neuilly-sur-Seine (92)
© Loukat / myluckypixel pour ILEX

La transformation des portes en place se poursuit aujourd’hui. À horizon 2024, la porte de Chapelle qui accueillera entre autres programmes nouveaux l’Arena, verra également son espace public transformé. Côté Paris, l’intégralité de la rue de la Chapelle sera requalifiée, bénéficiant de plantations nouvelles et de pistes cyclables qui se développeront aussi sur le territoire de Plaine Commune. La végétalisation des délaissés de l’échangeur, mieux intégrés à la forêt linéaire de Paris Nord Est, devrait également trouver un écho dans le projet de requalification de l’A1 et de ses abords, porté par Plaine Commune.
La porte d’Orléans connaît des améliorations des cheminements piétons et cyclables et d'insertion du pôle bus qui se prolongeront dans le cadre d’étude concernant le fonctionnement d’ensemble de la porte.
La porte Brancion et les quais d'Ivry montrent une autre typologie de transformation. L'aménagement du secteur Bruneseau de Paris-Rive Gauche pour le quai d’Ivry, et le projet de Woodeum, lauréat de l’appel à projet Inventons la Métropole du Grand Paris pour la porte Brancion, sont des portes supports de nouveaux programmes de construction.
Certaines places en travaux, comme la porte Maillot, qui s'articule avec la requalification des allées de Neuillysur-Seine et le bois de Boulogne, ou la porte de Montreuil, disposeront d’espaces libres d’échelle métropolitaine susceptibles d’accueillir une végétation importante et des événements à venir.
D’autres portes sont à l'étude, en lien avec des évolutions liées aux infrastructures, comme les portes d'Aubervilliers, de Bercy, avec la création de la rue Baron Le Roy, ou encore la porte de la Villette.
Au total, ce seront 22 portes qui seront transformées d'ici 2030.

La porte de Bagnolet à l'étude, Paris XXe, Bagnolet (93) © ph.guignard@air-images.net

.....
.
.
Livre blanc Nouvelle ceinture verte et transformations du Boulevard périphérique
Cahier 1 : Corpus commun stratégique

..............

L’Apur, Atelier parisien d’urbanisme, est une association loi 1901 qui réunit autour de ses membres fondateurs, la Ville de Paris et l’État, les acteurs de la Métropole du Grand Paris.
Directrices de la publication : Dominique ALBA, Patricia PELLOUX
Livre Blanc réalisé par : Patricia PELLOUX, Ludovic PEPION, Jean HUET - Avec la contribution de : Marina RIBEIRO, Yann-Fanch VAULÉON
Et la Direction de la Voirie et des Déplacements, la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, la Direction de l’Urbanisme, et la Mission Métropole de la Ville de Paris
......
   
   
 

....
....


...
.
..

.....
....

Le Livre Blanc est issu des synthèses des 5 Ateliers du Boulevard périphérique qui se sont tenus en 2019-2020-2021, et qui ont rassemblé :

  • La Ville de Paris, les élus parisiens, les directions de la Ville principalement concernées (voir ci-dessus) ; l’État : Préfecture de Région, DRIEA ;
  • Les communes riveraines : Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Clichy-la-Garenne,
    Saint-Ouen, Saint-Denis, Aubervilliers, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Ivry-sur-Seine,
    Gentilly, Le Kremlin-Bicêtre, Montrouge ;
  • Les EPT riverains : Vallée Sud - Grand Paris, Grand Paris Seine Ouest, Paris Ouest La Défense, Boucle Nord de Seine, Plaine Commune,
    Est Ensemble, Paris Est Marne & Bois, Grand-Orly Seine Bièvre ;
  • Les Conseils Départementaux de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine ;
  • La Métropole du Grand Paris, la Région, Île-de-France Mobilités, Airparif, Bruitparif ainsi que l’Apur.