....
.
Livre blanc
Nouvelle ceinture verte et transformations du Boulevard périphérique
Cahier 1 : Corpus commun stratégique

(1) État des lieux
....


Le 13 mai 2019, le rapport émis par la
Mission d’Information et d’Évaluation du Conseil de Paris sur le devenir du Périphérique a été
présenté et adopté au Conseil de Paris. Ce rapport avait préconisé un certain nombre d’actions : notamment de protéger les riverains
contre les pollutions, et amorcer la mutation du BP, en réduisant le trafic de l’infrastructure et en aménageant ses abords ; de développer
de nouveaux usages, en aménageant les espaces reconquis par la réduction du trafic. L’
Atelier du Boulevard périphérique, une instance
de dialogue partagée avec les collectivités et les parties prenantes, a mené une réflexion qui a
permis d’étendre l'approche sur les enjeux
des évolutions à un territoire élargi à 500 mètres de part et d’autre du Boulevard périphérique : le territoire de la nouvelle ceinture verte.

État des lieux

 

État actuel de la ceinture verte métropolitaine

Un territoire habité

La nouvelle ceinture verte est un territoire déjà fortement habité, qui accueille 555 200 habitants dans la bande des 500 mètres de part et d’autre du Boulevard périphérique, soit 8 % des habitants de la Métropole du Grand Paris.
Plus de la moitié d’entre eux habitent à Paris (307 200 habitants), les autres se répartissent dans les territoires de Plaine Commune (29 100 habitants), d’Est Ensemble (46 300 habitants), de Paris Est Marne et Bois (28 100 habitants), de Grand-Orly Seine Bièvre (31 000 habitants), de Vallée Sud Grand-Paris (24 200 habitants), de Grand Paris Seine Ouest (31 000 habitants), de Boucle Nord de Seine (22 900 habitants) et de Paris Ouest La Défense (36 400 habitants).
Un habitant sur cinq des communes du périmètre réside dans cette épaisseur de 500 mètres (21 %), une proportion plus élevée pour certaines communes telles que Saint-Mandé (87 % de la population), Gentilly (80 %), le Pré-Saint- Gervais (72 %), Levallois-Perret (40 %), Vanves (38 %), Clichy-la-Garenne (38 %) et Saint-Ouen (36 %).

Le ruban d’1 km d'épaisseur réunissant 21 communes,
9 arrondissements parisiens, 8 EPT et 4 départements

La nouvelle ceinture verte recoupe plusieurs quartiers de la politique de la ville, et plusieurs périmètres de projet de renouvellement urbain au nord, nord-est et sud-est. Constitués d’un parc de logement social dominant, ces quartiers accueillent des populations fragiles plus nombreuses : jeunes, familles monoparentales, foyers à bas revenus, chômage…
La bande des 500 mètres autour du Boulevard périphérique compte au total 98 500 ménages qui occupent un logement social, soit 40 % des ménages qui résident dans le périmètre, une part plus élevée qu’en moyenne dans la Métropole du Grand Paris, et dans les communes du périmètre (27 %). La concentration des logements sociaux dans cette épaisseur de 500 mètres est importante pour certaines communes, notamment pour les arrondissements parisiens.
La nouvelle ceinture verte compte 17 % de ménages pauvres (42 500 ménages), une proportion plus élevée qu’en moyenne dans la Métropole du Grand Paris (15 %) et dans les communes du périmètre (16 %).
Les disparités territoriales sont particulièrement marquées avec des niveaux de pauvreté élevés dans l’épaisseur de 500 mètres des communes de Saint-Denis (58 % de ménages pauvres), Aubervilliers (41 %), Pantin (34 %), Bagnolet (28 %), Saint-Ouen (27 %) et le XVIIIe arrondissement (26 %), à l’inverse des périmètres de 500 mètres des communes d'Issy-les-Moulineaux (7 %), de Montrouge (9 %) et de Charenton-le-Pont (9 %). Au nord-est, la population jeune est également plus nombreuse, notamment dans la bande de 500 mètres des communes d’Aubervilliers - 33 % des habitants âgés de moins de 25 ans contre 29 % dans la Métropole du Grand Paris -, Pantin (33 %) et Saint-Denis (32 %). À l’inverse, la proportion d’habitants âgés de 65 ans ou plus est élevée à l’ouest dans les périmètres de Neuilly-sur-Seine (21 % contre 14 % en moyenne dans la Métropole du Grand Paris) et dans le XVIe arrondissement (22 %).

Les quartiers de politique de la ville (en bleu) et les NPNRU (en rouge) de la nouvelle ceinture verte

Périmètres de renouvellement urbain

 

Des populations exposées à une mauvaise qualité de l'air et du bruit

555 200 habitants exposés à des pollutions de proximité liées au trafic routier, pouvant être deux fois supérieure à la pollution de fond parisienne, et six fois supérieure aux recommandations de l’OMS (10 µg/ en moyenne annuelle) dans la bande de 2 X 500 m autour du Boulevard périphérique, dont :
• 307 220 Parisiens ;
• 247 980 Altoséquanais, Séquano-dionysiens et Val-de-marnais ;
• 130 000 habitants exposés à des niveaux de pollution au-dessus des valeurs
limites de la Directive européenne (40 µg/
en moyenne annuelle).

À cela s’ajoutent 378 400 emplois salariés dans la bande de 2 X 500 m.

144 257 habitants sont exposés, en journée, à un environnement sonore supérieur à 53 décibels, soit la valeur limite recommandée par l’OMS.


À gauche : Concentrations moyennes annuelles de dioxyde d'azote en 2020 en Île-de-France
À droite : Zoom sur la pollution de l'air sur les portes de Bagnolet et de Montreuil en 2019

Bruits cumulés des transports routiers, ferroviaires et aériens sur une journée complète

Des changements de mobilités à venir en lien avec l'arrivée de nouveaux transports en commun

Les lignes de transport en commun réalisées récemment et en projet à l'échelle de la métropole
Sources : SGP, Ile-de-France Mobilités, IPR, Apur

Horizon de mise en service

L'évolution des mobilités dans le Grand Paris

  • Entre 2020 et 2024 :
    • 68 gares et stations RER/métro/ tramway créées.
  • Entre 2024 et 2030 :
    • 101 gares et stations métro/tramway créées.
  • 98 % des habitants de la MGP à moins de 2 km d'une gare.
  • Pour mémoire, 11 axes de lignes de bus express sur autoroutes étudiés par la DiRIF et Île-de-France Mobilités en 2015.

Un paysage métropolitain

Parcs, bois, jardins, équipements sportifs…

Le paysage de la nouvelle ceinture est celui de grandes infrastructures, mais il est aussi bordé par des habitations, des activités économiques, des grands équipements, et surtout intégré dans la ceinture verte historique qui entoure ce territoire et le jalonne de deux grands bois, de plus de 100 équipements sportifs de plein air, de 53 parcs et jardins, et d’ores et déjà plus de 30 hectares de parcs et jardins en projet. À partir de 1973, le Boulevard périphérique est mis en œuvre comme une infrastructure autoroutière qui s’affranchit des réalités topographiques et introduit d’importantes ruptures. Apparaissent des tranchées, des talus, des ouvrages en sous-sol et en sur-sol.
La nouvelle infrastructure crée un rapport spectaculaire au paysage. Si la ceinture verte offre en plusieurs endroits des vues sur le grand paysage métropolitain, c’est à travers la topographie artificielle créée par la succession et la superposition des ouvrages d’art, ferroviaires, routiers et fluviaux. Ce sont ces ouvrages qui, en créant des surplombs et de longs canyons, donnent à voir la grande dimension du paysage.
Il en est ainsi du grand viaduc du Boulevard périphérique qui franchit les ouvrages ferroviaires et hydrauliques au nord et au nord-est de Paris, puis de l’ouvrage routier sur remblai qui rejoint la colline de Belleville. Ils intègrent l’ensemble de ce territoire de la couronne dans une succession de grandes séquences paysagères scindées par les échappées transversales des plateaux ferroviaires et des canaux. Le Périphérique offre, depuis les viaducs, des vues furtives très dégagées sur les paysages de la Seine : depuis le Périphérique intérieur, vers le XVe et le XVIe, et depuis le Périphérique extérieur, vers Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. Des vues s'offrent aussi vers le grand paysage ferroviaire, comme sur le faisceau de la gare du Nord et la Plaine de France, qui permettent d’apprécier cet horizon lointain, depuis l’A1 et le Périphérique.
Certaines tours, situées à des portes d’échelle métropolitaine, sont des repères lointains, comme les Mercuriales à la porte de Bagnolet, la tour de Paris Habitat porte des Poissonniers, la tour de Bois-le-Prêtre porte Pouchet, le TGI porte de Clichy, la tour Hyatt de la porte Maillot, les tours Duo en chantier, ainsi que les tours en projet à Charenton-le-Pont et porte de Versailles.

Une dynamique de projets urbains

Une démarche engagée : quartiers politique de la ville, opérations d'aménagement…

Tout autour du Boulevard périphérique, du côté de Paris ou de celui des communes riveraines, on observe une dynamique de projets unique à l’échelle du Grand Paris. Ces projets sont de différentes natures, répondant à des problématiques spécifiques à chaque territoire, et se développant dans des calendriers divers, à court, moyen et long termes.
Les opérations d’aménagement vont transformer le paysage de la ceinture.
21 ZAC sont en cours, et 3 autres à l’étude, développant au total d’ici 2030, 7 millions de m² de construction neuve.
Ces nouvelles constructions s’articulent avec de grands programmes de renouvellement urbain. 2 NPNRU sont engagés sur le nord-est parisien - Portes du XVIIIe et Portes du XXe - et 1 au sud-est - Bédier-Oudiné -, 2 sur le territoire de Plaine Commune, à Saint-Ouen - Rosiers-Debain - et à Aubervilliers - Villette Quatre Chemins -, et 2 sur le territoire d’Est Ensemble, à Pantin - Quatre Chemins - et au Pré-Saint-Gervais : Sept Arpents – Stalingrad.
On dénombre également 37 opérations d’aménagement, diffuses sur plus de neuf communes, aussi bien à Paris qu’à Saint-Ouen, Malakoff, Ivry-sur-Seine, Saint-Mandé, Bagnolet, et Aubervilliers. C’est environ un million de m² qui y seront construits d’ici 2030.
À ces opérations d’aménagements qui se développent sur le moyen terme, il faut ajouter 24 appels à projets répartis sur l’ensemble des territoires de la nouvelle ceinture verte.


Toutes ces photos : © Apur

Porte Pouchet au nord

Porte de Clichy au nord


Porte de Bagnolet au nord-est


Porte de Bercy au sud-est

Square Parodi à l'ouest

Parc Chapelle Charbon au nord


Porte de Montreuil à l'est

Paul Bourget au sud


Square Parodi à l'ouest

Le Boulevard périphérique au niveau de la porte Dorée (XIIe) © ph.guignard@air-images.net


Chiffres clés - Ceinture verte et Boulevard périphérique © Apur

.....
.
.
Livre blanc Nouvelle ceinture verte et transformations du Boulevard périphérique
Cahier 1 : Corpus commun stratégique

..............

L’Apur, Atelier parisien d’urbanisme, est une association loi 1901 qui réunit autour de ses membres fondateurs, la Ville de Paris et l’État, les acteurs de la Métropole du Grand Paris.
Directrices de la publication : Dominique ALBA, Patricia PELLOUX
Livre Blanc réalisé par : Patricia PELLOUX, Ludovic PEPION, Jean HUET
Avec la contribution de : Marina RIBEIRO, Yann-Fanch VAULÉON
Et la Direction de la Voirie et des Déplacements, la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, la Direction de l’Urbanisme, et la Mission Métropole de la Ville de Paris
......
   
   
 

....
....


...
.
..

.....
....

Le Livre Blanc est issu des synthèses des 5 Ateliers du Boulevard périphérique, qui se sont tenus en 2019-2020-2021, et qui ont rassemblé :

  • La Ville de Paris, les élus parisiens, les directions de la Ville principalement concernées (voir ci-dessus) ; l’État : Préfecture de Région, DRIEA ;
  • Les communes riveraines : Malakoff, Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Clichy-la-Garenne,
    Saint-Ouen, Saint-Denis, Aubervilliers, Pantin, Le Pré-Saint-Gervais, Les Lilas, Bagnolet, Montreuil, Saint-Mandé, Charenton-le-Pont, Ivry-sur-Seine,
    Gentilly, Le Kremlin-Bicêtre, Montrouge ;
  • Les établissements publics territoriaux riverains : Vallée Sud - Grand Paris, Grand Paris Seine Ouest, Paris Ouest La Défense, Boucle Nord de Seine, Plaine Commune, Est Ensemble, Paris Est Marne & Bois, Grand-Orly Seine Bièvre ;
  • Les Conseils Départementaux de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine ;
  • La Métropole du Grand Paris, la Région, Île-de-France Mobilités, Airparif, Bruitparif ainsi que l’Apur.