J.O. Paris 2024 : Du Village des athlètes
à un quartier de la ville de demain

(2) Une ville durable en perspective
Réaliser les premiers jeux bas carbone : une ambition environnementale inédite
La géothermie de surface : une solution locale et renouvelable pour alimenter le futur village des athlètes
Un quartier de ville durablement vivant : une biodiversité du quotidien
Les ambitions économiques et sociales : une posture d'avenir responsable



Avec ses 4 000 ouvriers mobilisés chaque jour sur un même site, 35 grues, et plus de 10 maîtres d’ouvrages impliqués, le Village des athlètes constituera le plus grand chantier monosite de France, pour accueillir à l’été environ 14 000 athlètes, puis 9 000 para-athlètes, de plus de 200 nationalités. Dès l’automne 2024, ce Village sera transformé en quartier de ville et de vie pour accueillir 6 000 habitants et générer 6 000 emplois. Les bâtiments construits auront plusieurs fonctionnalités et plusieurs vies. Pharaonique par son ampleur, ses délais et ses ambitions économiques, sociales et environnementales, le Village sera à la fois réversible, durable et responsable.
Sur 52 hectares – l’équivalent du quartier des Halles pour les Parisiens –, ce futur quartier offrira plus de 2 500 logements, 100 000 m² de bureaux, des commerces, 2 crèches, des écoles, 2 gymnases, mais aussi une caserne de pompiers. Notre ambition est d’investir dans un héritage qui réponde aux besoins des territoires et des habitants de Seine-Saint-Denis.

Une ville durable en perspective

Réaliser les premiers jeux bas carbone : une ambition environnementale inédite

La ville de demain sera belle, confortable, adaptée à tous, mais elle sera surtout durable, et c’est tout le sens de son histoire. Elle sera durable parce que vivante, responsable et solidaire. Des premières phases d’études, aux dernières remises de clés, sa construction identitaire tout entière se veut exemplaire. C’est l’ambition assumée de la SOLIDEO.

La première des ambitions est environnementale. En application de l’Accord de Paris, la SOLIDEO va réaliser dès 2024 un modèle réplicable de la Ville européenne à l’horizon 2030, sur la trajectoire vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. En privilégiant notamment l’utilisation de matériaux biosourcés, faiblement carbonés et un recours massif aux énergies renouvelables, la SOLIDEO s’est fixée un objectif de réduction de moitié de l’impact carbone de l’aménagement du Village des athlètes sur l’ensemble de son cycle de vie.

©SOLIDEO / Nexity_Eiffage Immobilier_CDC Habitat_EDF_Groupama - Tous droits réservés

Recours à des matériaux biosourcés ou moins polluants

Pour les lots privés portés par les opérateurs immobiliers, et pour ses équipements et espaces publics, la SOLIDEO impose des objectifs ambitieux qui permettront de réduire de 35 % l’impact carbone lié à la construction du Village des athlètes.
Ceci est rendu possible par le recours généralisé aux matériaux biosourcés comme le bois, ainsi que l’utilisation importante de bétons dits bas carbone pour les infrastructures et les immeubles ; ou encore la préférence accordée à la paille de chanvre plutôt qu’à la laine de verre pour l’isolation.

Déconstruction et recyclage

En application des principes de l’économie circulaire, les bâtiments existants ne sont pas détruits mais déconstruits. Afin d’identifier les potentiels de valorisation et de réemploi, des diagnostics ressources ont permis d’identifier l’ensemble des éléments réemployables et recyclables de chaque bâtiment déconstruit. La SOLIDEO s’est donc fixée un objectif de recycler 90 % de la matière en favorisant le recyclage et le réemploi à l’échelle territoriale. Concernant le réemploi, on ne parle pas d’objectifs de valorisation de déchets car les éléments de réemploi sont des produits. Néanmoins, des objectifs sur le pourcentage d’éléments réemployés ont été fixés par grande famille d’éléments et sont variables selon l’état du marché de réemploi et du potentiel de dépose soignée. De manière générale, la démarche revient à concasser sur site les 30 000 tonnes de matériaux inertes - bétons, briques… - en vue de les réutiliser directement sur le site, de réemployer les équipements en bon état, aisément démontables et pour lesquels des filières de réemploi existent et de recycler les matériaux non réemployables : plâtre, revêtements détériorés, bois, métal divers.

Des économies de matière

L’économie de matière passe par l’emploi de matériaux issus du réemploi et du recyclage mais aussi par des choix de technique de construction. Privilégier des poteaux-poutre, qui sont des structures métalliques, aux murs pleins appelés voiles de béton permet par exemple d’économiser 75 % de béton et donc d’émettre 4 fois moins de carbone.

Le transport fluvial : le choix d’une logistique propre

C’est aussi la façon de transporter et de recycler qui garantissent l’efficacité du modèle, avec en particulier le recours au fluvial pour évacuer les déblais et acheminer ces matériaux. Haropa-Port de Paris, VNF et la SOLIDEO ont mis en place un système de transport fluvial pour acheminer le bois et réduire l’impact carbone de la construction, mais aussi les nuisances. Plus de 3 000 tonnes de carbone vont être économisées tout en limitant la congestion routière : un bateau a la capacité de 220 camions.

© Philippe Monges

Panneaux solaires et géothermie : les choix d’une énergie propre

Les panneaux solaires installés sur les toitures des bâtiments du Village et la géothermie permettront la consommation d’une énergie propre. Un réseau d’énergie, de chaleur et de froid, est créé. La production est basée essentiellement sur l’exploitation du potentiel géothermique de la nappe. Cette solution permet de disposer d’une source d’énergie renouvelable, décarbonée et locale. Outre le confort qu’il assure pour les habitants, ce réseau vise un objectif de 68 % d’énergie renouvelables et de récupération.

Cette utilisation de l’eau à l’échelle du quartier, dans le temps et sur cette surface est une première en Europe.

© Cyril Badet


© ENGIE Solutions

©SOLIDEO / Nexity_Eiffage Immobilier_CDC Habitat_EDF_Groupama - Tous droits réservés

La géothermie de surface : une solution locale et renouvelable pour alimenter le futur village des athlètes

Pour répondre aux besoins en chaud et en froid du Village des athlètes et du quartier Pleyel, les équipes d’ENGIE Solutions travaillent actuellement sur la réalisation d’une géothermie dite de surface sur le territoire de Saint-Denis.

La construction de cette infrastructure permettra la production d’une énergie renouvelable à hauteur de 68 %. La future géothermie doit être mise en service en 2023. Le montant total des investissements s’élève à 18 millions d’euros. Les équipes d’ENGIE Solutions auront également en charge son exploitation.

Qu’est-ce que la géothermie ?

La géothermie repose sur l’exploitation de la chaleur présente dans le sous-sol. La chaleur provient de nappes d’eau chaude présente naturellement dans le sous-sol et dont la température augmente avec la profondeur. Dans le cas présent, l’eau géothermale est puisée entre 50 et 70 m de profondeur, dans la nappe des calcaires du Lutétien, à une température de 14°C.

Comment ça fonctionne ?

Pour amener l’énergie en surface, l’eau chaude souterraine doit être extraite au moyen de plusieurs puits de captage. Les installations géothermiques sont constituées de 3 puits, dit producteurs, qui extraient l’eau de la nappe du Lutétien.

L’eau puisée est ensuite acheminée vers une centrale géothermique qui permet de produire la chaleur ou le rafraîchissement nécessaire aux besoins de fonctionnement des bâtiments et des infrastructures du Village Olympique et Paralympique et du quartier Pleyel. L’eau géothermale est ensuite réinjectée dans la nappe du Lutétien via un réseau de 8 puits appelés injecteurs.

Un quartier de ville durablement vivant : une biodiversité du quotidien

La ville de 2030 doit être un support et un connecteur de biodiversité.

L’aménagement du futur quartier de ville sur une ancienne friche industrielle est aussi un défi écologique pour le retour et l’épanouissement de la faune et de la flore qui sont toutes les deux interdépendantes. En épaississant le corridor écologique autour de la Seine, en arborisant le territoire et en aménageant les toitures pour en faire des refuges, nous assurons par exemple l’épanouissement des oiseaux qui passent au-dessus de la Seine.

La biodiversité s’invitera aussi au quotidien. Parce qu’entre deux jardins, les clôtures ne seront pas pleines, un hérisson pourra s’y déplacer. La diversité végétale permet la diversité animale, c’est pourquoi ne pas planter de pelouse, mais travailler sur des strates végétales superposées permettra également de voir s’installer de nouvelles espèces.

Nous réalisons cette ambition en appliquant les principes de l’économie circulaire, et notamment en fabriquant les substrats de plantation à partir des ressources locales, en mélangeant des matériaux de démolition à de la terre issue du compostage.

Le Village placera la biodiversité au cœur de l’espace urbain afin de contrer l’érosion de la biodiversité et ses conséquences sur l’ensemble du Vivant.

Les ambitions économiques et sociales : une posture d'avenir responsable

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 : des Jeux solidaires

Les Jeux de Paris 2024 sont le plus grand événement sportif de la planète. Ils représentent plus de 40 championnats du monde organisés simultanément en deux semaines. Pour les acteurs des Jeux de Paris 2024, c’est l’occasion de démontrer que l’on peut concilier événement mondial et inclusion économique et sociale.

Dans un contexte de crise économique, les Jeux de Paris 2024 vont générer des opportunités d’activité et d’emploi qui contribueront à la relance. 5 milliards d’euros de marchés vont être publiés par Paris 2024 et la SOLIDEO, dans de nombreux secteurs : construction, événementiel, conseil, communication, restauration, accueil ; des grands chantiers seront lancés d’ici 2024, au sein du Grand Paris, en Île-de-France, et particulièrement en Seine-Saint Denis ; 150 000 emplois vont être mobilisés pendant la période des Jeux.

Les acteurs des Jeux de Paris 2024 se sont engagés à ce que ces opportunités profitent à tous, et en priorité à ceux qui en ont besoin.

Des engagements contractuels

La responsabilité économique et sociale des Jeux de Paris 2024 est affirmée dans une charte sociale signée, en présence d’Anne Hidalgo, maire de Paris, et présidente de la SOLIDEO, par l’ensemble des partenaires sociaux et Paris 2024, et dans la loi olympique du 26 mars 2018. Sur la base de ces engagements, la SOLIDEO a adopté une charte en faveur de l’Emploi et du Développement Territorial. Elle décline en trois volets, des objectifs économiques et sociaux : 25 % du montant des marchés accessibles aux TPME, PME et structures de l’ESS, 10 % des heures travaillées réservées à l’insertion professionnelle et des chantiers socialement exemplaires.

Crédit photo : ©SOLIDEO / Icade_CDC_CDC Habitat_UAPS_Brenac&Gonzalez&Associés_Atelier Pascal Gontier_
NP2F_Post-Office Architectes_Ailleurs-Studio

Une posture économique responsable

En matière économique, la SOLIDEO et ses partenaires s’engagent pour permettre l’accès au marché à toutes les entreprises, notamment les TPE/PME et les entreprises de l’économie sociale et solidaire (ÉSS).
25 % du montant des marchés devra leur être rendu accessible.
Pour parvenir à développer cette stratégie d’achats responsables, un sourcing est réalisé en amont de la rédaction des appels d’offre afin d’identifier les entreprises qui peuvent répondre à nos besoins. Dans la mesure du possible, les marchés sont allotis, donc divisés en lots, pour faciliter leur ouverture aux plus petites entreprises. La publication du calendrier de nos marchés donne de la visibilité aux entreprises et leur permet de se préparer. Enfin, la mise en place de critères d’évaluation, pour chaque catégorie d’achat, assure la valorisation des démarches d’économie circulaire, de neutralité carbone, d’innovation et d’intégration sociale.
Par ailleurs, pour faciliter l’accès aux marchés des Jeux, deux plateformes ont été mises en place : Entreprises 2024 pour les TPE/PME, créée en lien avec le MEDEF, la CPME et l’U2P, et ESS 2024 pour les entreprises de l’ESS, créée en lien avec le Yunus Center et l’association les Canaux. Ces deux plateformes recensent l’ensemble des marchés liés aux Jeux.

Enfin, parallèlement à cette information en ligne, la SOLIDEO organise régulièrement des Meet-up pour informer toujours plus les PME, TPE et structures de l’ÉSS et surtout les rapprocher des donneurs d’ordre.

Des ambitions sociales

L’insertion professionnelle est un autre engagement fort de la SOLIDEO. Il s’adresse aux publics éloignés de l’emploi, tels que définis par la loi, mais également à tous les alternants ou résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville. 10 % des heures travaillées devront leur être réservées et ainsi permettre leur insertion professionnelle.
10 % des heures travaillées seront réservées à l’insertion professionnelle : personnes éloignées de l’emploi, alternants ou résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville…

Pour y parvenir, les métiers qui recrutent dans le cadre du chantier des Jeux, et les métiers qui peinent à trouver de la main d’œuvre ont été identifiés. Une cartographie des emplois a été réalisée pour identifier les volumes nécessaires, par secteur d’activité, ainsi que les filières en tension. Sur cette base, des parcours type de formation vers ces métiers seront conçus par Pôle emploi, et une visibilité particulière sera donnée aux offres d’emploi. En proposant des formations adaptées aux prévisions d’emploi, on participe à l’insertion professionnelle, et on s’assure aussi de disposer de suffisamment de main d’œuvre pour répondre aux offres. Les intérêts sont partagés, il s’agit bien d’une opération gagnant-gagnant !

© Philippe Monges

Des ambitions sociales pour les travailleurs et les entreprises mobilisés sur les chantiers

La SOLIDEO et ses partenaires s’engagent à superviser et conduire des chantiers socialement exemplaires. La lutte contre le travail illégal, les pratiques anti-concurrentielles, les discriminations et la garantie de la qualité des conditions de travail sont particulièrement examinées.

Le développement territorial en ligne de mire

Les acteurs des Jeux ont enfin la volonté de créer de la richesse pour la Seine-Saint-Denis. Le projet va contribuer au développement économique et urbain et à la transition écologique de ce département. Les chantiers et les marchés liés aux Jeux, le développement d’activités en marge de l’événement, devront profiter en priorité aux acteurs locaux.

Les premiers résultats sont là. À la mi-2020, les objectifs chiffrés contractualisés avec les maîtres d’ouvrage ont annoncé que plus de 2 millions d’heures d’insertion seront à terme réalisées, et plus de 400 millions d’euros de marchés seront rendus accessibles aux TPE/ PME et structures de l’ÉSS.

© Philippe Monges

Programmation phase JO


© Philippe Monges




En configuration JOP

  • 2500 lits pour athlètes et accompagnants
  • Extension possible de 200 lits sur 2ème lot de bureaux
  • 4500 m2 de services : buandrie, stockage




En configuration héritage - environ 47 000 m2 SDP

  • 320 logements faimliaux dont 90 logements sociaux et 20 logements en accession sociale
  • 1 résidence sociale étudiants de 130 chambres
  • 2 immeubles de bureaux : 4000 et 6000 m2
  • 1 hôtel de 115 chambres
  • 1 300 m2 de commerces
  • 4 000 m2 d'activités et services, dont un pôle nautique et une Cité des Arts


J.O. Paris 2024 : Du Village des athlètes à un quartier de la ville de demain
..... Par la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques - SOLIDEO, l'écosystème des Jeux

 

La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques

La SOLIDEO est une structure clé de la gouvernance mise en place par l'État pour l'organisation du plus grand événement sportif mondial. Grands travaux riment avec SOLIDEO, qui arrive à la mi-temps de sa mission. Après trois années à concevoir plus de 60 projets avec l’ensemble des maîtres d’ouvrages olympiques, l’année 2021 signe un démarrage massif des constructions, dans le respect des ambitions sociales et environnementales. Sur le Village des athlètes, les 26 permis de construire ont été déposés, les opérations de déconstruction se terminent et les premières constructions se préparent. Dès le printemps prochain, le Village des athlètes sera le plus grand chantier mono-site de France.
ouvrages-olympiques.fr