Parisculteurs Saison 3
Les 21 sites lauréats de l'Appel à projets


(2) Les sites lauréats des XIVe, XVe, XVIIe, XVIIIe et XIXe arrondissements
Les pousses du 14e (XIVe) - Les Jardins de Grenelle - Peas&Love (XVe)
La voie de la biodiversité Paris 17 (XVIIe) - Du jardin à l’assiette - Le jardin des traverses (XVIIIe)

Du petit producteur au petit consommateur : La Caverne Bollaert - Ferme urbaine de spiruline (XIXe)


Paris et ses partenaires de Parisculteurs Saison 3 proposent de nouvelles opportunités pour le développement de l’agriculture urbaine. Agriculteurs, jardiniers, paysagistes, entrepreneurs, startupers, concepteurs, architectes, acteurs associatifs, riverains, ont été invités à concourir et proposer leurs projets pour changer durablement le visage de nos territoires. Double singularité de cette nouvelle édition : de nombreux sites au sol qui donneront notamment une plus grande visibilité à l’agriculture urbaine dans la ville, et une démarche qui se métropolise avec l’association de plusieurs communes franciliennes et le partenariat avec le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis.
La saison 3 des Parisculteurs propose, à nouveau, d’essaimer sur des bâtiments parisiens. À travers ces appels à projets Parisculteurs,
sont accompagnés les propriétaires fonciers pour qu’ils accueillent des porteurs de projet d’agriculture urbaine sur leurs toits,
leurs terrasses, dans leurs parkings, au pied de leurs immeubles. Cet engagement a pour objectif de produire des fruits,
des légumes, des fleurs, des aromates, du miel et des poissons.

Les sites lauréats des XIVe et XVe arrondissements

5-7 rue Jacquier - 500 m² au sol - Fleurs coupées, bacs potagers © Mairie de Paris – Antoine Polez

Les pousses du 14e
EHPAD Furtado Heine - Ville de Paris, CASVP (XIVe)
ESPEREM

Au cœur de l’EHPAD Furtado Heine, l’association ESPEREM, déjà active dans le quartier grâce à un centre de réinsertion par la formation aux métiers verts - agriculture urbaine, écoconstruction -, transformera cet espace vert en un projet participatif et intergénérationnel. Des parcelles en jachère, prairies fleuries et parcelles en floriculture protègeront et alimenteront la biodiversité existante.
Le Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris propose une surface de 500m², au sol. Face au restaurant, cette parcelle en partie arborée bénéficie d’accès indépendants vis-à-vis de la résidence.

Les Jardins de Grenelle
EHPAD Grenelle - Association Chemins de l’Espérance (XVe)

Les Jardins de Grenelle

L’association Les Jardins de Grenelle a vu le jour à l’occasion de la Saison 3 des Parisculteurs. Porté par une ambition pédagogique, ce petit groupe d’habitants aux profils variés souhaite favoriser le lien social au sein de l’EHPAD et du quartier autour d’ateliers de jardinage sur fond de permaculture. L’occasion d’un partage de valeurs écologiques et d’échanges entre générations.
L’Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Grenelle - association Chemins de l’espérance - présente une belle surface totale de plus de 1600m². L’établissement est particulièrement motivé à voir émerger un projet d’agriculture urbaine. Plusieurs parcelles en pleine terre, une petite serre ainsi que plusieurs murs sont mises à disposition d'un porteur de projet.

57 rue Violet - 1 600 m² au sol - Bacs potagers, pleine terre et serre
© Mairie de Paris – Antoine Polez

Peas&Love
TEP Paul Barruel - Ville de Paris, DJS (XVe)

Peas&Love

Le jardin partagé Les jardins de la félicité compte un nouveau voisin avec l’arrivée de Peas&Love dans le quartier. Acteur reconnu de l’agriculture urbaine en France et à l’étranger, il propose sur ce terrain la location de parcelles de potager entretenues par un maraîcher, et dont les productions sont distribuées aux abonnés. Peas&Love fera partager son savoir faire et sensibilisera les riverains aux enjeux de l’agriculture urbaine.
La Direction de la Jeunesse et des Sports de la Ville de Paris met à disposition un espace de 300 m² au sol au sein du Tennis Paul Barruel. Cette parcelle, située dans le prolongement d’un jardin partagé, est dotée d’une couche de terre cultivable de 20 cm d’épaisseur.

57 rue Violet - 300 m² en pleine terre - Modules de plantations potagères pour les habitants
©
Mairie de Paris – Vincent Ferlicot

Les sites lauréats des XVIIe, XVIIIe, et XIXe arrondissements

La voie de la biodiversité Paris 17
Voie BP 17 - Ville de Paris, CASVP (XVIIe)
Association Les Hauts de Malesherbes

Une fabrique de couleurs végétales à Paris ? À proximité de la Bièvre et de l'ancien quartier des manufactures parisiennes, le projet de fabrique parisienne de couleurs végétales vient redorer l'image de l'industrie textile : des teintures 100% végétales et parisiennes créées à partir de plantes cultivées et transformées sur place. Le projet, ouvert sur le quartier, prévoit également de nombreux ateliers pédagogiques.
L’association Les Hauts de Malesherbes, déjà active dans le quartier, propose de réaliser sur cet espace un jardin composé d’une roseraie participative et d’une forêt Miyawaki en partenariat avec Boomforest. Cette dernière technique consiste à planter une forêt d’arbres aux espèces locales de façon très dense qui se développera en trois ans, de manière autonome.

BP/17 - 1 300 m² au sol - Fleurs, forêt Miyawaki

L’arrière cuisine - Du jardin à l’assiette
École de la propreté - Ville de Paris, DPE (XVIIIe)
Vergers Urbains

Acteur désormais incontournable de l’agriculture urbaine du nord est parisien, Vergers Urbains propose un projet de production d’aromates et fleurs comestibles destiné aux restaurateurs sur le toit de l’École de la propreté : des produits frais et de qualité. Le site permettra également de produire des végétaux pour fournir les autres espaces où se développe la structure.
L’école de la Propreté de la Direction de la Propreté et de l’Eau de la Ville de Paris, créée en 1991 pour accueillir et former les éboueurs de la Ville de Paris, propose son toit-terrasse pour un projet d’agriculture urbaine. Cette belle terrasse très peu encombrée, d'accès facile est recouverte d’une couche de terre.

56-58 rue Joseph de Maistre - 700 m² en toiture - Lasagnes, fleurs comestibles, aromatiques
©
Mairie de Paris – Antoine Polez

Le jardin des traverses
Petite Ceinture tronçon Ornano-Poissonniers - SNCF, (XVIIIe)

Vergers Urbains, Green Resistance, Léo Lagrange,
Verte Palette, Freegan Pony

Participer à la valorisation de la Petite Ceinture, avec un projet de promenade comestible permettant aux habitants du quartier de profiter d’un écrin de verdure, telle est l’ambition de ce collectif associatif. Le site proposera une grande diversité d’activités et d’ateliers pour sensibiliser les habitants aux enjeux de l’agriculture urbaine de préservation et valorisation de la biodiversité. Un projet qui tend à valoriser la mixité sociale et culturelle caractéristique du XVIIIe arrondissement.
La Ville de Paris et la SNCF ont signé un protocole-cadre, le 17 juin 2015, relatif à l’ouverture de l’ancienne voie de chemin de fer de la Petite Ceinture parisienne et de la mise en place de nouveaux usages. Sur un terrain non inclus dans cette contractualisation, la SNCF propose un espace extérieur de plus de 7 500 m². Ce site permettrait le développement de nouveaux usages sur la petite ceinture. Le projet installé devra s’inscrire dans les principes de respect de la biodiversité sur le site, de la préservation du patrimoine ferroviaire présent et enfin de la prise en compte de la réversibilité des aménagements. L’ouverture au quartier notamment sur les 250 premiers mètres linéaires, l’accès gratuit au tronçon et les liens avec les acteurs du quartier, par exemple à travers des activités de sensibilisation sur l’exploitation seront appréciés.

rue Belliard - 7 800 m² au sol - Bacs potagers © Jean-Pierre Viguié - Ville de Paris

Du petit producteur au petit consommateur - La Caverne Bollaert
Parking de la résidence Émile Bollaert - RIVP (XIXe)
Cycloponics

Le projet porté par Cycloponics a pour volonté de faire revivre la culture de champignons de Paris, à Paris. En proposant plus de 2 000 m² de zone de production de champignons de Paris et 350 m² de culture de champignons exotiques, le projet permettra de créer de nombreux emplois en priorité pour les habitants du quartier. Le site servira également de plateforme logistique pour permettre aux agriculteurs d’Île-de-France de commercialiser leurs produits et faire découvrir aux parisiens des produits locaux, de qualité.
La RIVP continue son engagement dans le développement de l’agriculture urbaine dans le développement de l’agriculture urbaine et la qualité de vie de ses locataires en proposant un vaste parking. La résidence Émile Bollaert, dotée de 164 logements et située porte d'Aubervilliers, à proximité du Millénaire, comprend l’un des plus grands sites sous-terrain de cette édition des Parisculteurs.

87 rue Emile Bollaert - 4 600 m² au sous-sol - Champignonnière
© Groupement Green Team - Sébastien Courthéoux

Ferme urbaine de spiruline
Cité des sciences - Toiture Sadi-Carnot (XIXe) - Universcience
Néapoli

Nouvel acteur de l’agriculture urbaine, Néapoli propose un projet innovant et prometteur autour de la production et de la vente de spiruline fraîche sur le toit du bâtiment Sadi Carnot de l’emblématique Cité des sciences et de l’industrie. Un projet axé autour de deux enjeux : la lutte contre la pollution atmosphérique à travers le captage de CO2 par la spiruline d’une part et une réponse à un marché en plein essor, encore très peu développé à Paris !
Sur le site de la Cité des sciences et de l’industrie, Universcience met à disposition un espace de 1200 m² sur la toiture du bâtiment Sadi Carnot permettant de végétaliser cet espace au bénéfice d’un projet d’agriculture urbaine. Cette toiture, d’une très grande capacité portante est particulièrement bien ensoleillée.

30 avenue Corentin Cariou - 1 200 m² sur une toiture végétalisée - Bacs de spiruline
© Mairie de Paris – Arthur Jeune

Le programme Parisculteurs

Depuis 2016, la Ville de Paris a mis en place le programme Parisculteurs pour faciliter et accélérer l’installation de projets agricoles à Paris. Il s’agit de trouver des sites - toitures, murs, sous-sol, espaces en pleine terre - et de proposer à des agriculteurs d’y développer des projets directement en lien avec les Parisien.ne.s. Grâce à ce programme, plus de 50 projets ont vu le jour ces dernières années, et tout autant sont en cours de développement. Paris compte aujourd’hui plus de 30 hectares d’espaces agricoles sur son territoire, et fait figure de ville pionnière en la matière.

La mobilisation foncière : une démarche partenariale

Les Parisculteurs sont une démarche partenariale, visant à mobiliser du foncier sur l’ensemble du territoire parisien et parfois même métropolitain. La Charte Objectif 100 hectares compte aujourd’hui 82 partenaires signataires, engagés dans la végétalisation et le développement de l’agriculture urbaine. Nombre d’entre eux ont ainsi proposé des sites pour les appels à projets Parisculteurs.

Les appels à projets Parisculteurs

Les appels à projets Parisculteurs consistent en l’identification et la mobilisation de sites, sur du foncier de la Ville de Paris ou de ses partenaires, pour les mettre a` disposition de projets agricoles portés par des structures tiers : associations, entreprises, start-up…

Le cycle d’un appel à projets Parisculteurs comprend la recherche de sites propices à l’accueil de projets agricoles, leur sélection, l’organisation d’une mise en concurrence permettant de retenir une structure en capacité de mettre en œuvre un projet pertinent, réaliste et adapté au site, l’accompagnement à la préparation de l’installation et l’assistance au projet une fois celui-ci installé.

Ce fonctionnement permet de favoriser une grande diversité de projets tant du point de vue des objectifs - productifs, récréatifs, participatifs - que des méthodes : hors-sol, sous serre, pleine terre, en sous-sol…

Stimuler une démarche qui dépasse le cadre de ces appels à projets

Le processus passe également par une stratégie d’animation et de communication à destination des propriétaires fonciers, des agriculteurs urbains installés ou en devenir et du grand public, afin d’informer, de former : workshops sur les règles de l’agriculture urbaine, boîte à outils. Tout cela contribue ainsi à renforcer l’existence de projets similaires hors du cadre des appels à projets Parisculteurs.


La Charte Objectif 100 hectares compte aujourd’hui 82 partenaires signataires engagés


.
Nouvel appel à projets : Parisculteurs Saison 4
.......Date limite de remise des projets : le 31 mai 2021

Parisculteurs Saison 4


Dans la continuité des trois éditions précédentes, la Ville de Paris et ses partenaires lancent un nouvel appel à projets
Parisculteurs Saison 4, centré sur la thématique de l’agriculture de proximité. Cette nouvelle édition propose des sites en toitures, en pleine terre, en sous-sol, et s’inscrit dans une logique métropolitaine accrue : ce sont ainsi 17 sites et 18,7 hectares qui sont proposés hors de Paris. Par ailleurs, suite aux retours d’expériences des éditions précédentes, certains sites proposent, en plus des surfaces à cultiver, des espaces de transformation, de vente voire d’habitation, afin de répondre aux besoins des porteurs de projets.
parisculteurs.paris