Parisculteurs Saison 1
Les 33 sites lauréats de l'Appel à projets


(1) Présentation de l'Appel à projet et des lauréats

Les sites lauréats des Ier, IIe, IIIe, Ve, VIe, VIIe, XIe arrondissements
Objectif 100 hectares : Entreprises et partenaires publics mobilisés pour végétaliser Paris


Traduction concrète de la charte
Objectif 100 hectares, l'Appel à projets Parisculteurs saison 1 a porté l’ambition de démonstration et d’accélération des initiatives parisiennes d’agriculture urbaine et de végétalisation sur les toits, façades et murs. Ce sont ainsi 33 équipes pluridisciplinaires, choisies parmi 144 projets candidats, qui ont été désignées lauréats, afin de développer des projets
d’agriculture urbaine et de végétalisation du bâti du patrimoine de la ville, du département et des partenaires.

L'Appel à projet et les lauréats

La Ville et ses partenaires se mobilisent pour végétaliser 100 hectares de bâti d’ici 2020 dans la capitale, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine. L’acte fondateur de cette ambition a été, le 11 janvier 2016, la signature de la charte Objectif 100 hectares. Elle a réuni 33 entreprises, acteurs publics et parapublics propriétaires parisiens engagés aux côtés de la ville pour contribuer à la végétalisation du bâti parisien et le développement de l’agriculture urbaine.

Les projets retenus développent la place de la nature sur 5,5 hectares de la capitale. Ils démontrent, par leur inventivité et leur diversité, l’attractivité de Paris auprès des acteurs de la végétalisation et de l’agriculture urbaine. Ils révèlent l’émergence d’un cluster économique de l’agriculture urbaine.

Nous avons l’ambition de bâtir un nouveau modèle urbain, plus durable, plus solidaire et plus agréable à vivre. Parisculteurs en est l’une des réalisations emblématiques. Les 33 sites concernés – toit, terrasse, cour, mur – représentent une surface totale qui équivaut à celle de près de 8 terrains de football ! Demain, ils feront tous place à la nature. Ils contribueront à répondre de façon innovante au défi climatique, tout en étant des vecteurs de lien social et de création d’emplois, salue Anne Hidalgo, Maire de Paris.
L'imagination et l'inventivité ont été au rendez-vous. Plus de 69 porteurs de projets ont proposé un Paris où bâti et végétal se réconcilient durablement. Ils prouvent que notre engagement pour une ville moins minérale, plus végétale et comestible, n'est pas une chimère. Ce sont 5,5 hectares de végétalisation et d’agriculture urbaine qui créeront de l’activité économique, emprunteront des circuits courts et réaffirmeront le lien social dans les quartiers, s’est réjouie Pénélope Komitès, Adjointe à la Maire, en charge des espaces verts, de la nature, de la biodiversité et des affaires funéraires.
Ces projets empruntent aussi bien les techniques traditionnelles - bacs, pleine terre -, ou relevant d’une haute technicité : hydroponie, aquaponie… Ils produiront chaque année près de 500 tonnes de fruits, légumes et champignons, 8000 litres de bière, 4200 litres d’engrais végétal, du poisson, du miel, ainsi que des fleurs.
Ces activités génèreront plus de 7 millions d’euros de chiffre d’affaires, environ 250 000€ de redevance, et créeront près 120 emplois.
Ce sont des réponses concrètes aux défis écologiques, économiques et alimentaires que doivent aujourd’hui relever les villes et les métropoles à travers des circuits courts et en réconciliant l’agriculture urbaine et péri-urbaine.

Les 33 sites des Parisculteurs et leur projet lauréat

Vendôme : Colombe Perrin Atelier Paysage – KaléidÔme
Paris Bourse : Aéromate – La ferme de la Bourse
Gymnase Jean Dame : Toits Vivants – Une microferme
École d'arts Duperré : Aéromate – La ferme Duperré
Maison des associations : Mugo – Hortus Paname
Campus des Cordeliers : Basilic en Ville – Mon Coach Légumes
Avenue des Saxe : Ma Ville verte – La Tour Eiffel à la campagne
Médiathèque Françoise Sagan : Noctis – La serre volante
Gymnase de la Cour des Lions : GeV – La ferme des bordes du marais
Transformateur rue de Chanzy : La pépinière – La pépinière des Lucioles
École de Bercy : Dessine l’Espoir – La Traversine
Lachambeaudie : Aéromate – La ferme Lachambeaudie
Opéra Bastille : Topager – La brize de la bastille
Vincent Auriol : Basilic en Ville – Mon coach légumes
École Dunois : Les Nouveaux Potagers – La récréation des confitures
Gymnase Glacière : La Sauge – Urtica Paradisium
Siège de la RIVP : Topager – Le jardin pour récolter, vivre et partager
Didot : La ferme de Gally – Les toits Didot
Rue Lacordaire : Mugo – La campagne
Lourmel : Mugo – La ferme de Lourmel
Docteur Roux : Tisanes urbaines – Un jardin des simples en coeur d’îlot
Réservoir de Grenelle : Cécile Roux – Green’elle
Collège Eugène Delacroix : Agripolis – Une ferme urbaine et pédagogique
La Chapelle : Facteur Graine – Les permaculteurs de la Chapelle
Rue du Pré : Toit Tout Vert – L’agriculture à tous les étages
Parking Raymond Queneau : Cycloponics – La caverne
Mur de la rue de Crimée : Sopranature – Projet pour le mur rue de Crimée
Collège Pailleron : Veni Verdi – Du toit à ma cuisine
Paris Villette : Espaces – Villette Partagée
Conservatoire Georges Bizet : Veni Verdi – Touche le ciel
Frédérick Lemaitre : Veni Verdi – L’agriculture urbaine dans tous ses états
Réservoir de Belleville : Flore Urbaine – Flore urbaine
Réservoir de Charonne : Paysan urbain – Le paysan urbain

Les surfaces

5,5 hectares mis à disposition des Parisculteurs


Des lieux pour cultiver à Paris

Les chiffres clés des Pariculteurs

46 sites proposés en avril 2016, 33 sites confiés aux lauréats après les jurys :
13 sites publics, 20 sites partenaires
144 projets reçus
69 porteurs de projets mobilisés
14 demi-journées de commission technique, 9 demi-journées de jury
Plus de 2,5 millions d’euros investis par la ville de Paris pour adapter son bâti au développement des projets
Plus de 400 000 euros mis à disposition des lauréats par les partenaires pour accompagner les projets

La production


Les emplois créés

Les projets lauréats permettront la création de 50 emplois en insertion et 69 emplois équivalent temps plein.

Les sites lauréats des Ier, IIe, IIIe, Ve et VIe arrondissements

Vendôme (Ier) :
Colombe Perrin Atelier Paysage – KaléidÔme

La Compagnie de Phalsbourg propose un toit-terrasse situé au-dessus de ses locaux, place Vendôme. Le projet prend en compte les propriétaires de cet immeuble prestigieux.

KaléidÔme propose d’installer avec des bacs une végétation diversifiée, colorée et parfumée. La palette végétale mêle des végétaux caducs, des vivaces fleuries en saison, des plantes graphiques, des écorces décoratives, des parfums, des fruits et plantes aromatiques, entres autres des Betula jacquemontii, Cornus alba Elegantissima et Rubus thibetanus Sylver Fern. Le jeu des couleurs et des lignes diagonales crée le lien entre l’espace intérieur et l’espace extérieur et apportera une unité à l’image du site. Le projet propose également, de manière optionnelle, des animations autour du végétal. La surface occupée est d’environ 100 m².


22 place Vendôme - 200 m² exploitables - Végétalisation - Toit-terrasse

Paris Bourse (IIe) :
Aéromate – La ferme de la Bourse

Paris Bourse est un ensemble immobilier d’exception doté d’une spectaculaire façade haussmannienne et développant 34 000 m² environ à usage principal de bureau sur 7 étages, l’immeuble a été entièrement restructuré au début des années 1990 et rénové en 2013-2014. L’immeuble est aujourd’hui occupé par plusieurs sociétés de renom et accueille un nombre important de salariés. Paris Bourse dispose de toitures terrasses dont certaines peuvent donner lieu à végétalisation ou à des projets d’agriculture urbaine.

La ferme de la Bourse propose un espace d’agriculture hydroponique utilisant des minéraux d’origine organique produisant légumes, fruits et aromatiques. Il est associé à une activité apicole. Son concept repose sur la valorisation en circuits courts. 66 modules sont installés pour 132 m² de surface de culture pour produire 11,9 tonnes par an, dont 50 % de légumes - choux fleur, concombre, poivron… -, 25 % de fruits - fraises - et 25 % d’aromates : bourrache, persil, aneth… La distribution aux particuliers se fera sous forme de paniers. Sa proportion augmentera au fil des ans.


115 rue Réaumur - 180 m² exploitables - Agriculture urbaine - Toit-terrasse

17 rue Léopold Bellan - 700 m² - Agriculture urbaine - Toit-terrasse

Gymnase Jean Dame (IIe) :
Toits Vivants – Une microferme

Le centre sportif Jean Dame dispose d’un toit terrasse d’environ 700 m². L’originalité de ce site réside dans son caractère prêt à l’emploi, le toit étant aménagé avec une couche de terre végétale allant de 10 à 50 cm d’épaisseur.

Une microferme est un projet d'agriculture urbaine participative. Il associe des cultures maraîchères en bacs et sur buttes, de la production de miel, de jeunes plants et d’oeufs. La production couvrira les frais d'exploitation. Des ateliers, des dîners... seront organisés pour les écoles et les habitants du quartier. Une production de 500 kg de fruits et légumes par an est prévue. Un demi-emploi en équivalent temps plein sera créé par ce projet.


11 rue Dupetit-Thouars - 580 m² exploitables - Agriculture urbaine - Toit-terrasse

École d'arts Duperré (IIIe) :
Aéromate – La ferme Duperré

L'école supérieure d'arts appliqués, nichée au coeur du quartier du Temple, propose un toit-terrasse d'environ 600 m² sur son bâtiment datant du début du XXe siècle. Celui-ci est directement accessible depuis le bâtiment principal par deux accès.

La ferme Duperré propose un projet hydroponique. Il est prévu une production de 65 tonnes de fruits et légumes par an, qui sera vendue à 90% aux professionnels et 10% aux particuliers. La part destinée aux particuliers se base sur le système de paniers. Des animations pédagogiques pourront aussi être proposées. Le projet créera un emploi en équivalent temps plein.

Maison des associations (Ve) :
Mugo – Hortus Paname

La Maison des Associations du Ve propose les 250m² de sa terrasse qui donnent sur le jardin des Arènes de Lutèce. Elle a vocation à accueillir et accompagner les associations dans le développement de leur projet et d'informer les habitants sur la vie associative locale. Le site est également adjacent à l’Observatoire parisien de la biodiversité qui mène des actions de sensibilisation à l’environnement.

Hortus Paname prévoit d'installer un jardin potager en pots associé à des animations sur l'écologie et l'alimentation durable. Il est prévu une production de 400 kg de fruits et légumes variés par an : fraises, tomates, aromatiques, épinards, haricots, tournesols… Les productions seront proposées aux usagers de la maison des associations et les bénéfices tirés de l’exploitation seront reversés à une association caritative. Un tiers d’emploi en équivalent temps plein sera créé par ce projet.

4 rue des arènes - 250 m² exploitables - Végétalisation - Toit-terrasse ; pleine terre

Campus des Cordeliers (VIe) :
Basilic en Ville – Mon Coach Légumes

Au coeur des quartiers historiques de l'Odéon et de la Monnaie, le campus des Cordeliers, abritant la faculté de Médecine, offre un toit-terrasse de 1 200 m², facilement accessible depuis l'intérieur du bâtiment principal. La terrasse étant à proximité directe du couvent des Cordeliers, inscrit au titre des Monuments Historiques, l'enjeu architectural et paysager est fort.

Fort d'un partenariat avec la Croix Rouge Insertion, Mon Coach Légumes propose un projet de potager avec des sacs et des bacs à vocation d'insertion. La production se décline en miel, houblon et légumes distribués dans des paniers. Ces derniers, destinés aux étudiants et usagers du bâtiment, seront disponibles via une application mobile Mon coach légumes. Il est prévu une production de 5,6 tonnes de fruits et légumes variés et 60 kg de miel. Le projet créera 3 emplois en équivalent temps plein et 5 emplois en insertion.

15 rue de l'école de médecine - 1 250 m² exploitables - Végétalisation - Toit-terrasse

Avenue des Saxe (VIIe) :
Ma Ville verte – La Tour Eiffel à la campagne

La Compagnie de Phalsbourg a pour projet la rénovation d’un bâtiment de l’avenue de Saxe afin d’y accueillir un hôtel en 2019. Le candidat pourra proposer un projet de végétalisation du toit-terrasse de 600 m² qui sera accessible aux clients de l’hôtel. L’espace paysager devra ainsi être qualitatif et pédagogique.

La Tour Eiffel à la campagne est un projet divisé en deux espaces. Le premier est un lieu de détente pour la clientèle de l’hôtel sur la plus haute terrasse qui bénéficie d’une vue exceptionnelle sur deux monuments emblématiques de Paris, la Tour Eiffel et le dôme des Invalides. Le second est un espace ludique et pédagogique comprenant un potager. Des animations de sensibilisation et des ateliers découvertes sur la biodiversité en ville, alimentation et nutrition pourront être proposés aux clients de l’hôtel ainsi qu’aux collaborateurs.

55 avenue de saxe - 450 m² - Végétalisation - Toit-terrasse


8 rue Léon Schwartzenberg - 600 m² exploitables - Agriculture urbaine - Toit-terrasse

Médiathèque Françoise Sagan (Xe) :
Noctis – La serre volante

La très remarquable médiathèque Françoise Sagan, installée dans un bâtiment du XIXe siècle par Louis-Pierre Baltard, propose son toit-terrasse pour un projet d’agriculture urbaine. Ce toit a été conçu dès l’origine pour y accueillir des activités événementielles. Le modèle économique du projet pourra s'appuyer sur la possibilité d'y installer un bar ou un café-restaurant, offrant par ailleurs une vue imprenable sur la capitale. Ce lieu est une belle opportunité de mêler culture et agriculture urbaine.

La serre volante est un concept conjuguant potager urbain et bar restaurant locavore. Les soirs, en semaine, le lieu est dédié à l'évènementiel. Il est prévu une production de 750 kg de fruits et légumes variés qui seront consommés sur place dans le bar restaurant. Il est également prévu une production de houblon pour 8 000 litres de bière par an. Le houblon sera récolté, congelé sous vide et brassé toute l’année par une brasserie parisienne puis servi aux clients de la serre volante. Ce projet créera 15 emplois en équivalent temps plein.

Gymnase de la Cour des Lions (XIe) :
GeV – La ferme des bordes du marais

Le toit-terrasse du gymnase de la Cour des Lions, initialement conçu pour être un court de tennis, propose 730 m² de surface pour un projet d'agriculture urbaine.

La ferme des bordes du marais propose un système de production intensif de jeunes pousses, mini légumes, légumes oubliés, germes, en hydroponie - substrat organique fertile irrigué -, couplé à des visites ludiques et pédagogiques avec la participation des élèves des écoles avoisinantes. Il est prévu une production annuelle de cinq tonnes. Un emploi et demi en équivalent temps plein seront créés par le projet.


9 rue Alphonse Baudin - 730 m² - Agriculture urbaine - Toit-terrasse

Transformateur rue de Chanzy (XIe) :
La pépinière – La pépinière des Lucioles

Dans le cadre de sa politique en faveur de la biodiversité, Énedis propose un site enherbé sur la parcelle de l’un de ses poste-source dans le XIe arrondissement. Il se compose de deux éléments : une zone en pleine terre de 110 m² et un toit-terrasse de 200 m² recouvert d’une couche de terre de 50 cm. Le site est facilement accessible depuis l’espace public via la rue Charrière en impasse.

La pépinière des Lucioles est un projet de production de jeunes plants, de plantes comestibles et ornementales. La palette végétale inclut artichauts violets de Provence, céleri, roquette, capucine, camomille... Il s’agit d’un projet de culture low-tech, dont les techniques de culture sont inspirées des principes de la permaculture. Il est prévu une production de 5 500 plants par an. Les plantes seront vendues aux collaborateurs d’Énedis et aux adhérents de Pépins Production. Ce projet créera un emploi en équivalent temps plein. De plus, La pépinière des Lucioles propose un renforcement du partenariat d’Énedis avec la LPO en créant une réserve de biodiversité notamment en partie basse.

5 rue de Chanzy - 310 m² exploitables - Pleine terre : 110 m² exploitables
- Toit-terrasse : 200 m² exploitables - Agriculture urbaine



Objectif 100 hectares : Entreprises et partenaires publics mobilisés pour végétaliser Paris

La Ville et ses partenaires se mobilisent pour végétaliser 100 hectares de bâti d’ici 2020 dans la capitale, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine. L’acte fondateur de cette ambition a été le 11 janvier 2016 la signature de la charte Objectif 100 hectares. Elle a réuni 33 entreprises, acteurs publics et parapublics propriétaires parisiens engagés aux côtés de la ville pour contribuer à la végétalisation du bâti parisien et le développement de l’agriculture urbaine.

Appel à projet Parisculteurs saison 1
Traduction concrète de cette charte, l'appel à projets Parisculteurs saison 1 a porté l’ambition de démonstration et d’accélération des initiatives parisiennes d’agriculture urbaine et de végétalisation sur les toits, façades et murs. Ce sont ainsi 33 équipes pluridisciplinaires, choisies parmi les 144 projets candidats, qui ont été désignées lauréats, afin de développer des projets d’agriculture urbaine et de végétalisation du bâti du patrimoine de la ville, du département et des partenaires.

Signature de la charte Objectif 100 hectares en mars 2017
En 2017, 41 nouveaux partenaires ont rejoint la Ville en adhérant à la charte Objectif 100 hectares.

Appel à projets Chapelle International
Site emblématique de plus de 7 000 m², bâti sur mesure pour accueillir un projet d’agriculture urbaine, Chapelle International fait l’objet d’un appel à projet dédié lancé en juillet 2017.

Appel à projet Parisculteurs saison 2
Dans la continuité de la saison 1, la Ville de Paris et ses partenaires, lancent un nouvel appel à projets Parisculteurs saison 2 centré sur la thématique de l’agriculture urbaine. Particularité de cette nouvelle édition : des copropriétés dont le potentiel à l’échelle de Paris est important, sont associées à la démarche.



.. .Appel à projets Parisculteurs Saison 1 : la charte et ses signataires

La charte
Objectif
100 hectares





Les 74 signataires de la charte
Accor Hotels Arena, Arcade, Bouygues Immobilier, Compagnie de Phalsbourg, CPCU, Eau de Paris, Elogie/SIEMP, Énedis, France habitation, Gecina, GRDF, Groupe SOS, Habitat social français, ICF La Sablière, Immobilère 3F, JCDecaux, Société LeTrot, LogiRep, Monoprix, Nexity, Ogic, Opéra Bastille, Paris Habitat, Poste Immo, RATP, RIVP, Saint-Gobain, SAEMES, SEMAEST, SNCF, SNI, Tishman Speyer. Ville de Pantin, Ville de Saint Denis, Théâtre de la Colline, Accor Hotels, AgroParistech, APHP - Robert Debré, BHV, Groupe Carrefour, CDC Biodiversité, Centre Georges Pompidou, CROUS de Paris, Eiffage Construction, Éfidis, Élior, Érigere, Franprix / Groupe Casino, Galeries Lafayette Hausmann, La Garde Républicaine, Hexagona-CIEH, Hôtel Holiday inn Express - Paris - Canal de la Villette, Hyatt Paris Madeleine, Le cordon bleu Paris, Le Mandarin Oriental, LVMH, MnHn, Natixis, Printemps Haussmann, Sogaris, Unibail Rodamco, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, SCCA (copro Alésia), Viparis, Adoma, Park Hyatt Paris Vendôme, Radio France, Réunion des musées nationaux et du Grand Palais des Champs-Elysées, Foncière des Régions, SEMAPA, Universcience, Université Panthéon-Sorbonne / Sorbonne développement durable
.

parisculteurs.paris